Comment déchiffrer l’étiquette d’une bouteille de vin ?

Les obligations légales ne cessent d’évoluer dans le monde de la viticulture d’où l’importance de savoir décrypter une étiquette de bouteille de vin. Cependant, si certaines étiquettes sont complexes et donnent plusieurs indications d’autres se limitent au strict nécessaire et donc aux mentions obligatoires. L’objectif est donc de savoir jongler entre ces deux mentions pour savoir ce qui vous importe réellement et ce que vous cherchez dans un bon verre de vin.

Les tips pour lire une étiquette

Pour les buveurs d’étiquettes commencer par identifier la région est une étape incontournable. Si vous voulez avoir une bonne bouteille de vin en main, sa provenance est à connaître. Comme les régions sont si vastes, il y a ceux qui produisent les meilleurs vins comme les plus pires ainsi en décryptant son origine vous saurez à quoi vous attendiez qu’il soit léger, puissant, tannique ou doux. Vos yeux seront par la suite tentés de regarder l’appellation. L’appellation est en réalité un gage de la qualité du vin. Souvent, elle correspond à un lieu plus spécifique de la région. Autrement dit, un vin qui a une appellation propre respecte un cahier de charge assez précis et très réglementé. Vient ensuite le millésime qui correspond à la période ou l’année durant laquelle les raisins ont été vendangés. La valeur du millésime dépendra alors des conditions météorologiques que la vigne a dû braver au cours d’une année. Ainsi, si durant cette période les conditions climatiques n’étaient pas clémentes, il ne faut pas s’attendre à avoir un vin de qualité sous la main. Cependant, il ne faut pas juger le breuvage à la lumière de son millésime, car le travail d’un bon vigneron peut être quelquefois miraculeux. Pour en savoir plus, le site vindicateur.fr reste à votre disposition.

Les mentions spécifiques d’une étiquette

Pour retracer les vins de qualité, les buveurs etiquettes se résument à lire leurs classements. En effet, ce classement vous permettra de reconnaître les vins d’exception. À titre d’illustration, les vins provenant de l’Alsace et la Bourgogne se retrouvent en tête de liste alors que dans certaines régions, les vignerons actuels détiennent encore un classement médiocre. Après le nom du domaine est une autre information qui ne devrait pas vous échapper. Un vin qui se respecte porte le nom du domaine qui l’a produit. Dans certains cas, il porte le nom du vigneron ou les négociants qui l’ont assemblé. À titre d’illustration, les vins provenant de l’Alsace et la Bourgogne se retrouvent en tête liste alors que dans certaines régions, les vignerons actuels détiennent encore un classement médiocre. Par ailleurs, pour retracer les vins exceptionnels, l’étiquette vous informe sur le nom de la cuvée. Effectivement, le même domaine peut produire plusieurs types de vin dont l’appellation est très divergente. Ainsi, pour vous retrouver dans les dédales de ces produits il n’y a rien de mieux que le nom de la cuvée qui vous permettra de retracer la parcelle d’origine du vin. Cette cuvée spéciale est aussi un moyen d’informer les consommateurs les cépages dont le breuvage est issu.

Les mentions obligatoires de l’étiquette

Un vin qui se respecte est censé contenir certaines mentions. D’abord, la classification doit être mentionnée noir sur blanc. Il peut s’agir d’une appellation d’origine, une indication géographique ou une dénomination inférieure tel un vin de table. Bien évidemment, la contenance n’est pas à laisser pour compte. Il s’agit entre autres du volume de vin ou de la capacité de la bouteille souvent exprimée en L, cl ou ml. Vient ensuite la teneur en alcool. Cette dernière est exprimée en pourcentage ou en degré. Enfin, la législation oblige tout producteur à mentionner le nom et l’adresse de l’embouteilleur sur l’étiquette. C’est une manière d’informer les consommateurs du nom des producteurs et de la région productrice. Souvent ces indications sont mentionnées avec la mise en bouteilles au château, propriété ou domaine. Cela désigne un vin qui a été directement embouteillé sur son lieu de vinification. En revanche, la mise en bouteilles en chais ou avec la mention par “nos soins” suggère en principe un vin de négoce. Enfin la mise en bouteilles par des producteurs réunis atteste le fait que le vin a été produit par une excellente coopérative.

Les autres mentions légales

Les buveurs d’étiquettes sont tentés de s’informer sur la contenance en sulfite. Sinon le message “la consommation de boisson alcoolisée même en petite quantité peut avoir de grandes répercussions sur la femme enceinte” peut très bien remplacer ce logo. En effet, tout type d’allergènes doit être indiqué sur l’étiquette. Par ailleurs, la législation oblige aussi tout producteur à inscrire le logo de femme enceinte sur l’étiquette. Sinon le message “la consommation de boisson alcoolisée même en petite quantité peut avoir de grandes répercussions sur la femme enceinte” peut très bien remplacer ce logo. Mais que faire si vous ne voyez pas toutes ces mentions sur l’étiquette du vin ? Sachez qu’elle n’est pas toujours seule, car chaque vin est supposé avoir une contre-étiquette. Il s’agit entre autres de la présence d’une autre indication à l’arrière de la bouteille. Tout comme l’étiquette, elle a pour rôle de bien renseigner les consommateurs. Désormais vous savez tous ce que vous devriez retrouver sur une étiquette de vin.

Produits écologiques et durables pour cuisine
Vente en ligne de gros électroménager reconditionné